notre dame


Pourquoi donc la parure dorée que je déposai ce soir à vos pieds vous laissait-elle ainsi de marbre ? Pourquoi témoigner un tel mépris à celui qui de vous est épris et vole les lumières du soir pour vous en faire un sautoir ?

Vous sembliez si lointaine et inaccessible, drapée dans ce voile noir.
De qui étiez-vous en deuil, Madame ?
D'un mousaillon irrespectueux croisé sur le fleuve courroucé ou d'un capitaine échoué dans vos bras gantés ?
Votre flèche vers le ciel érigée semblait de dépit vouloir crever les lourds nuages ...
Déjà, les flots profonds et sombres que vous avez mis entre nous se gonflaient d'orgueil attendant de recevoir, impatients, les trombes divines. Entre chiens et loups, la tension montait, on pouvait la palper. Bientôt les eaux du ciel et de la terre allaient se mordre et se répandre.
Votre père jaloux, devinant mes sentiments, vomirait bientôt son fiel. Il lâchait déjà vers moi des meutes d'éclairs et faisait donner le tonnerre.

C'est alors que je du vous quitter Madame car, contrairement à Pierre, je n'étais pas de taille et bientôt je n'aurai vu goutte.
Mais je reviendrai doucement vous contempler et en secret vous aimer lorsque vous serez mieux disposée ....

notre d'âme


Filou
D'amour transi