L'état poétique ne saurait être considéré comme un épiphénomène, une superstructure, un divertissement de la vraie vie humaine. C'est au contraire l'état où nous ressentons en nous la "vraie vie". Rimbaud exprima la conscience que, dans le monde de la prose, "la vraie vie est absente". Effectivement la vraie vie est poétique. Vivre poétiquement c'est vivre pour vivre, et vivre pour vivre c'est vivre poétiquement. La poésie n'est pas seulement ni principalement vivre de jouissance, elle nous fait accéder à la jouissance de vivre. Alors que l'état prosaïque a toujours des finalités qui lui sont extérieures, l'état poétique, qui peut certes être lié à des finalités religieuses, communautaires, amoureuses, est aussi en même temps toujours à lui-même sa propre fin. La finalité de la poésie, c'est elle-même : faire en sorte que l'état second qu'elle procure devienne l'état premier.

Extrait de "l'Identité humaine" (La méthode - L'humanité de l'humanité - page 129) - Editions du Seuil

C'est décidé ! Quand je serais grand, je serais poète !

Et vous ?