"Accents", "badinage", "escale", "flamboyant", "hôte", "kaléïdoscope", "masques", "outre-ciel", "soif", "tresser". Voilà les 10 mots retenus par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, "dix mots choisis (dixit le communiqué de presse) autour des valeurs et aspirations communes aux pays qui ont le français en partage : le respect de la diversité et de la différence, la vertu du dialogue et de l'échange, l'élan vers l'avenir et la modernité".

Personnellement je connais quelques pays francophones qu'il serait hasardeux de classer dans cette catégorie. Mais n'épiloguons pas et consacrons-nous plutôt à écrire, épeler, jouer, dire, dessiner, chanter... ces dix mots par monts et par vaux et sur le créneau du 17 au 26 mars.

Votre serviteur s'était essayé à ce jeu l'an dernier. Voici ce qu'avait donné sa mouture contenue en 25 lignes maximum, intégrant les 10 mots choisis et racontant un voyage extraordinaire dans un registre scientifique, voire Jule Vernien ...:-)



Voyage au centre de moi-même


"Connais-toi toi-même". C'est pour répondre à cette injonction aristotélicienne que je décidai un beau jour ou plutôt une nuit, de procéder à une investigation poussée de mes particules élémentaires. Une chance, une capsule était disponible chez l'affréteur du coin. J'étais vraiment en veine...

Solidement harnaché dans le rouge vaisseau emporté par les flots, je descendais vers le plus profond de mon être. Grâce au signal que me renvoyaient les ondelettes, je cheminais aisément à travers la grise matière. Par le hublot, je distinguais tout en bas les synapses affairées tentant de joindre les neurones. Je surveillai du coin de l'œil la double hélice de mon moteur ADN. Tout fonctionnait à merveille.

Soudain, aux abords de l'hémisphère droit, je fus ballotté par des ondes impétueuses. Elles devaient probablement provenir de variations d'humeur. Je ne contrôlais plus rien. Tout le vaisseau tremblait, gémissait et menaçait de se disloquer. Alors que je pensais être pulvérisé par cet accès d'émotion, les vibrations disparurent aussi rapidement qu'elles étaient venues. Malgré quelques réminiscences, le calme revint comme un premier matin sur le monde. Il me fallait maintenant procéder au désenchevêtrement des idées qui ralentissaient ma progression. La dissonance cognitive avait fait son oeuvre et le bras mécanique de mon engin avait toutes les peines du monde à remettre un peu d'ordre dans cette complexité.

J'en étais là de mes travaux herculéens lorsque je détectai sur mon radar un signal étrange, peut-être la cause de cet apaisement soudain. Dans le lointain, une lueur émanant de la soupe primordiale m'attirait irrésistiblement. Je m'en approchai difficilement car l'aura était maintenant aveuglante. J'arrivais malgré tout à arrimer mon vaisseau à proximité de cette source de lumière et à travers un prisme je pouvais en distinguer les plus intimes contours.

Un cristal irradiant aux mille facettes était nu devant moi et il s'en dégageait une impression d'absolue sérénité. Je tentais de toucher cette icône du bonheur lorsque je me réveillais. Trempé, je me levais à grand peine du lit défait et allais contempler mon visage dans le miroir de la chambre. Un rayonnement intérieur en émanait.

J'avais sûrement rencontré mon âme.

Filou

Le programme de la Semaine est accessible ici :http://www.semainelf.culture.fr