"Le Bayrou est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher
."

Tel est le vers baudelairien qu'aurait pu nous pondre Raffarin,
comparant l'agrégé de lettres en campagne
à un albatros cloué au pied de sa montagne.

Ce dernier, en pleine lévitation sur son petit nuage gonflé par les sondages, à son tour déclame :

"La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles"



Mais qui a dit que la campagne ne volait pas haut ?

Filou
Sous le plafond de vers