le cochon, la chèvre et le mouton
Illustration de Grandville

LE COCHON, LA CHEVRE ET LE MOUTON

Une Chèvre, un Mouton, avec un Cochon gras,
Montés sur même char s’en allaient à la foire :
Leur divertissement ne les y portait pas ;
On s’en allait les vendre, à ce que dit l’histoire :
Le Charton n’avait pas dessein
De les mener voir Tabarin.
Dom Pourceau criait en chemin
Comme s’il avait eu cent Bouchers à ses trousses.
C’était une clameur à rendre les gens sourds
Les autres animaux, créatures plus douces,
Bonnes gens, s’étonnaient qu’il criât au secours ;
Ils ne voyaient nul mal à craindre.
Le Charton dit au Porc : Qu’as-tu tant à te plaindre ?
Tu nous étourdis tous, que ne te tiens-tu coi ?
Ces deux personnes-ci plus honnêtes que toi,
Devraient t’apprendre à vivre, ou du moins à te taire.
Regarde ce Mouton ; a-t-il dit un seul mot ?
Il est sage. Il est un sot,
Repartit le Cochon : s’il savait son affaire,
Il crierait comme moi, du haut de son gosier,
Et cette autre personne honnête
Crierait tout du haut de sa tête.
Ils pensent qu’on les veut seulement décharger,
La Chèvre de son lait, le Mouton de sa laine.
Je ne sais pas s’ils ont raison ;
Mais quant à moi qui ne suis bon
Qu’à manger, ma mort est certaine.
Adieu mon toit et ma maison.

Dom Pourceau raisonnait en subtil personnage :
Mais que lui servait-il ? Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin ;
Et le moins prévoyant est toujours le plus sage.

Fable de JEAN DE LA FONTAINE, Le Cochon, la Chèvre et le Mouton Livre VIII, fable 12



Morale bis : "Qui vivra, verrat"



Par cette contribution désintéressée, l'Amusoire et La Fontaine, homme de valeurs s'il en est, veulent rassurer les petits porteurs au comportement moutonnier. Face à cette bourse qui les fait devenir chèvre, c'est peut-être la seule attitude qui les épargnera.

Filou
homme affable

* Banqueroute est emprunté à l'italien bancarotta littéralement « banc rompu » parce qu'au Moyen Âge on cassait le comptoir du banquier en faillite. Source