Printemps des poètes :
Moment de l'année où les vers sortant de terre,
sont avalés par de drôles d'oiseaux
qui veulent que le monde rime sous leur plume.
Ingérés, ces mots en l'air iront ensuite rejoindre le ciel des poètes,
ravis d'avoir ainsi nourri le parallèle système.





Comme le dit Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des poètes, "c’est mal connaître la poésie que de la cantonner à une gravité sourcilleuse, austérité, spleen et mélancolie !
Si elle s’attache certes aux grandes questions et aux grands enjeux de l’existence, elle ne s’interdit pour le faire nul moyen.
Depuis les fatrasies médiévales jusqu’aux actuels chahuteurs de langue, en passant par les pataphysiciens ou les dadaïstes, la poésie n’a cessé de recourir au burlesque, à l’humour, à la satire.
Oui, tous les rires sont dans la poésie, sauf le vulgaire et le mesquin, car même s’il rit, le poète reste poète : questionneur, rebelle et éveilleur de conscience.
"

Vous voulez rire ? Oui sans doute, les poètes aussi : de tout, du monde, d’eux-mêmes, de la bêtise !

Parce que comme l'énonce Vincent Roca (extrait du site "Printemps des poètes") :
« La poésie est une maladie
Une maladie non orpheline puisqu’elle est fille du langage et de l’émotion.
Comme la frénésie, elle se traduit par une exaltation qui met parfois hors de soi,
comme l’hérésie elle heurte la raison,
comme l’énurésie elle peut-être inconsciente, et laisser des traces sur le papier,
comme la pleurésie, elle enflamme le thorax,
comme le kinési, elle est mouvement, chaleur, froid, elle sollicite les muscles, les tendons,
et comme le revenez-y, elle ne vous lâche pas comme ça !
»


Les poètes printaniers vous invitent donc à décliner la poésie dans tous les rires possibles !

Pour tout savoir sur la manifestation, rendez-vous sur leur site : http://www.printempsdespoetes.com/index.php

Pour vous chauffer le coeur, rapprochez-vous également du rire de résistance : http://www.amusoire.net/?2008/01/19/438-le-rire-de-resistance