Comme le Printemps des Poètes l'y invite, en ce 10 mars 2009, l'Amusoire dédie cette contine à ses lecteurs du petit matin.
Cette version du lever du soleil est, je l'avoue, mâtinée de fantaisie. Surtout n'oubliez pas que le monde est aussi poésie et qu'il vous appartient d'y instiller quelques folies ...



Aubade

Un jour, le jour eut une panne d’oreiller
car il s’était couché la veille bien fatigué.
Le coq avait beau s’époumoner, rien n’y faisait;
sous la couette, il demeurait.


La nuit mit alors sa plus belle aube noire
Et sous un ricanement revanchard
Couvrit le monde de désespoir.


Les fleurs tournaient la tête,
les oiseaux ne pipaient mots
et les ruisseaux allaient à vau-l’eau…


Voyant cela les étoiles, sensibles de nature,
et souhaitant vite recouvrer leur intimité
intercédèrent auprès des Dieux
afin d’abréger cette grasse matinée.


Apollon, sur le champ convoqué,
à une ode d’amour donna le jour;
une ode si belle qu’elle fit pâlir
la nuit et s’évanouir ses atours.


C’est ainsi, dans la fureur de lyres
qu’est née l’aubade,
ce chant divin
pour le réveil
du roi Soleil
au petit matin.


PV

Retrouvez le Grand jour du poème à l'autre