Ils ont l'air classe ces deux-là avec leur plumage rayé du plus bel effet. Sûrement des pontes, vu que la période de nidification est proche.

Ceci-dit, quand vous commencez à vous renseigner sur l'identité des protagonistes, celle-ci vous réserve quelques surprises.

D'abord, tout huppés qu'ils sont, ces volatiles répondent au nom occitan pas très distingué de "puput".
N'allez pas croire pour autant qu'ils sont faciles. On a même des difficultés à les observer.

Leur dénomination latine "Upupa epops" (pour les huppés il est bon d'avoir une descendance latine) est une onomatopée tirée du chant « houp-oup-oup » que ces drôles d'oiseaux entonnent à toute occasion.

La huppe fasciée, puisque c'est d'elle dont il s'agit, est aussi nommée « pue pue » dans certaines régions, allusion à la mauvaise odeur de son nid.
A croire que madame ne fait pas le ménage dans son nid douillet. Pas très ragoutant tout ça.

Mais tout ça n'est rien comparé à l'attitude inacceptable de leur progéniture.
Sachez, basse populace, que lorsqu'on approche la main de leur nid*, les petits se retournent et défèquent en direction de l'intrus.

Alaise, Blaise !

Une véritable chienlit dont on aurait pu faire état dans Hara-Kiri.
Bande de mal élevés ! Ces huppés doivent vraiment descendre de la mauvaise branche ...

Morale de l'histoire : "même chez les animaux, l'habit ne fait pas le moineau".

Découvrez la playlist huppe avec Deroussen Fernand


Filou



Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Huppe_fasci%C3%A9e

Dans un autre genre, voir le Garrulus glandarius plus connu sous le nom de geai et l'accenteur alpin.

* Il faut qu'on en parle à Lagarde qui s'est mis en tête de supprimer toutes les niches.