Si vous tapez l'expression calembourrée dans Google, le moteur de vos recherches vous proposera bien sûr le mot "jeunesse" en lieu et place de "génisse". Il n'a pas tout à fait tort car la génisse est bien une jeunesse : une vache qui n'a pas vêlé et qui ne l'a pas veaulé, non plus, à ne pas vouloir fréquenter les beaux vidés ...

Paraitrait qu'à l'origine, l'idée viendrait des blondes (encore une fois celles d'Aquitaine) qui ne voulaient pas mettre bas sous prétexte, soie disant, que cela les rabaisserait dans leur condition féminine ...Pffffff !

Si elle persiste à vouloir ainsi conserver sa fleur, foie d'Amusoire, Marguerite non effeuillée finira dans la devanture du tripier. Ça lui fera assurément un effet bœuf ...

Mais là n'est pas le propos ...quoi que ...

"Il faut bien que génisse se passe" est un pansum (pensum vache) qui vient de sortir aux Éditions Chiflet*. Il aurait pu être sous-titré "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vie à la campagne sans jamais oser le demander".

Il faut bien que génisse se passe

Ces "parigots têtes Deveaux" s'étant installés il y a quinze ans dans le Bourbonnais, avaient déjà commis le très détaillé guide méthodologique "Comment traire une poule?"

Ils racontent, cette fois-ci, les expériences heureuses ou malheureuses de citadins transplantés au fin fond des campagnes.

En cette période de vaches maigres pour l'esprit comme pour le portefeuille, n'hésitez pas à investir dans l'opuscule : il le vaut bien ... L'Amusoire vous garanti que vous le lirez d'une traite ...


Comme le recommande MangerBouger.fr, évitez toutefois d'abuser du rire gras...



Filou
Adorateur du veau d'Aure



* Si j'étais vache, j'hésiterais à me faire éditer par "la farce tranquille" ... mais après tout, ce ne sont pas mes oignons ...