Les langues "minoritaires" ont bien du mal à se faire respecter. Bien souvent leurs locuteurs les abandonnent à leur triste sort et se rangent du côté du plus fort. Tout le monde connaît ici le flirt poussé entre le français et l'anglais. Le castillan n'est pas logé à meilleure enseigne ...

lire la suite